Après cette introduction monstrueuse

N. s’est installée en Chine et y travaille, a des fonctions importantes. Là-bas, elle me fait rencontrer un philosophe et sociologue français qui suit une jeune fille d’environ 16 ans, paraît-il exceptionnelle... Je suis donc invité à la découvrir, et c’est sur un canapé à côté du mec que j’assiste, je m’en souviens comme d’un film sur un écran, à une performance sexuelle inouïe : je la vois d’abord sucer un sexe de jeune garçon. Bientôt ce n’est plus sa bouche qui l’aspire, mais son vagin. Et celui-ci s’ouvre progressivement, il s’ouvre autant que pour un accouchement. Mais ça ne s’arrête pas là : je vois avec une sorte d’effroi son ventre qui grossit, et les lèvres de sa fente remonter le long de son corps, vers son visage, lentement, au fur et à mesure qu’elle engloutit le corps du garçon. Au moment où sa lèvre supérieure, devenue horizontale, va atteindre sa bouche -c’est inconcevable- où elle porte entièrement ce corps en elle, elle le fait glisser hors d’elle, elle accouche du jeune homme, auquel j’ai eu le temps de m’identifier en me demandant ce qu’il voyait, ce qu’il ressentait, comment il pouvait respirer à l’intérieur de la matrice ; si je n’assistais pas en fait à un rituel assassin plutôt qu’à une pratique sexuelle sensée apporter de la jouissance.

Les scènes qui suivent paraissent en comparaison anodines, alors qu’il s’agit en fait d’amour avec trois très jeunes garçons, dix, douze ans. C’est très beau, un apaisement, après cette introduction monstrueuse. Leur initiatrice est pleine de douceur et de gentillesse, ils ont une confiance totale en elle, comme envers une grande sœur bienveillante qui aurait remplacé une mère protectrice ; et on imagine en effet qu’elle les élève, qu’elle les initie aux choses de l’amour, de la même façon qu’elle les aide à faire leurs devoirs.

Plus tard, à l’extérieur, sur une place publique, nous revoyons cette jeune chinoise qui commente, savante et fine, art et architecture environnants. N. me parle de cette fille. Elle me raconte qu’elle a récemment fait l’amour avec le sociologue, qui ne se remet pas de cette expérience quasi divine, dernier don avant de se réserver uniquement pour son époux, car elle va se marier dans trois jours. Je suis jaloux et comme atterré de l’apprendre.

M.S.
30 octobre 2013

30 octobre 2013

mots recit

un mot hasardEcole

proposer reve



RêveClub ?

Le RêveClub est une collection, un club de rêveurs.

Il pourrait être la bibliothèque idéale de l’amateur de rêve.

Il est moins un projet d’artiste qu’une activité de collectionneur, guidé par une pure fascination pour cette activité humaine, pour le versant poétique, esthétique, littéraire, de cette production spontanée, de ce cinéma autonome, ainsi que des tentatives de témoignage en forme de récits de voyages vécus, bien réels.

Le site internet

Il est conçu comme un morceau de nuit où flottent des mots comme autant de clés pour des associations infinies. Vous pouvez aussi y verser de nouveaux rêves, et devenir ainsi un membre actif du RC si vous choisissez de laisser vos coordonnées.

Les rêves circulent : il vous sera envoyé un texte en réponse, offrant peut-être une proximité avec le vôtre.

Historique

Commencée en 2004, cette collection de récits d’ « anonymes », mélangés à des récits d’écrivains ou de cinéastes comme Queneau, Leiris, Burroughs, Baudelaire ou Fellini, a servi de base textuelle à la compagnie ÇA PEUT ETRE MOI : Jean-Michel Portal, Julie Denisse, Enrico Baradel, Brigitte Négro : jeu / Jean Cohen-Solal : musique / Manuel Salvat : vidéo, installations / Jean Palomba : écritures.

. 2005, Une année de rêves, Médiathèque d’Arles : résidence, lectures, performances, ateliers d’écriture

. 2007, RêveClub, Espace Van Gogh, Arles : installation Manuel Salvat, musique Jean Cohen-Solal

2010-2013,
RêveClub aux Archives départementales 13, Marseille

Un dépôt de la collection, qui constituera probablement la première banque de rêves intégrant des archives publiques, sera consultable à l’automne 2010, aux Archives départementales 13, sur place et en ligne.

Si elle partage avec reveclub.org la même base de récits, son indexation, sur la base d’un questionnaire développé avec des archivistes et un ethnologue, proposera des données contextuelles sur les rêveurs et leur témoignage, envisagés comme des « récits de vie » intéressant, entre autres, chercheurs en sciences humaines et historiens.

Le lancement de cette base de données sera annoncé sur cette page, ainsi que le programme des manifestations associées : nouvelle collecte publique, conférences, lectures, projections, exposition…

Manuel Salvat


Le RêveClub est accompagné depuis 2005 par l’association Zazie, soutenue par le Conseil Régional Provence-Alpes-Côte d’Azur et la mairie d’Arles.

La création du site Reveclub.org et le programme associé sont soutenus par le Conseil Général 13 et les Archives départementales 13.

Le site Reveclub.org a été conçu et réalisé par Digital Deluxe.


" L’apparence de beauté qui règne dans ces mondes du rêve, que tout homme sait créer en artiste accompli, est la condition même de toute espèce d’art plastique, et aussi, pour une large part, de la poésie. "

Friedrich Nietzsche, La naissance de la tragédie

Nouvel article

doc246|center