D’ailleurs, je ressemble aussi à son fils

Nous sommes sur un sentier en forêt avec notre enfant. On entend un grand
cri animal. Mon fils remarque des traces et des excréments d’ours. Nous
nous cachons dans la lisière comme derrière un rideau, mais notre fils
reste en arrière. Or, il y a maintenant un ourson noir qui joue sur le
sentier, et la mère ne doit pas être loin. Au contact de l’autre, notre
fils est devenu à son tour un ourson au museau blanc et noir, mais il
reste en danger et nous nous demandons si nous ne devons pas faire
diversion en nous accouplant comme des ours, sur le territoire de l’Ourse,
la vraie, qui nous attaquerait. Trop tard ! Notre enfant se glisse à son
tour sur la gauche à la lisière et dans une petite maison abandonnée qui
fait avec les buissons partie du mur lisière. Il y rejoint un chat
tacheté comme lui. Il y a du suspense car le chat fait du bruit en se
mettant à l’abri sur le toit de tôle, et notre enfant ourson aussi en
posant le pied sur une feuille verte. Le danger est réel, le rêve veut me
le prouver : deux pattes sortent de l’ombre entre le toit et les branches
pour happer le chat et le dévorer, un renard glissé sous le plancher
surélevé de la cabane comprend soudain, aux tremblements d’un jouet
baromètre posé sur le sol de la forêt, que la maison est en train de se
soulever au-dessus de lui, arrachée par l’étreinte de l’Ourse.
Il faut vraiment faire diversion. Ma compagne déclenche un jouet musical,
genre de danseuse tournant sur son socle, que je lui arrache pour la jeter
loin sur le sentier car l’Ourse arrive. Je sens instinctivement qu’elle est
troublée par la confusion qui règne, et j’écarte les portes des placards
buissons pour pousser un cri de chasseur et faire "pan". L’Ourse s’enfuit
vers la droite (la direction de notre promenade) puis tourne à gauche sur
une place assez fréquentée. Je réalise que son ourson, son bébé est
resté seul. Je cherche à rattraper cet Ours qui est peut-être en
réalité le père plutôt que la mère, et qui en tout cas s’est bien
fondu dans la population sous la forme d’un homme âgé coiffé d’un
chapeau. Mais je ne vais pas vite, je n’ai pas de vélo, je ne suis pas
facteur bien que j’aperçoive leurs bicyclettes jaunes, trop loin. Je
rattrape finalement le père, insistant sur le fait d’avoir couru, je lui
rend son enfant, et très ému je lui dis que la même chose nous est
déjà arrivée.
Mon fils ressemble au sien, d’ailleurs je ressemble aussi à son fils et
nous pleurons en nous tombant dans les bras l’un de l’autre.

Thibault Franc, 28 septembre 2010

7 octobre 2010

mots recit

un mot hasardSerge Gainsbourg

proposer reve



RêveClub ?

Le RêveClub est une collection, un club de rêveurs.

Il pourrait être la bibliothèque idéale de l’amateur de rêve.

Il est moins un projet d’artiste qu’une activité de collectionneur, guidé par une pure fascination pour cette activité humaine, pour le versant poétique, esthétique, littéraire, de cette production spontanée, de ce cinéma autonome, ainsi que des tentatives de témoignage en forme de récits de voyages vécus, bien réels.

Le site internet

Il est conçu comme un morceau de nuit où flottent des mots comme autant de clés pour des associations infinies. Vous pouvez aussi y verser de nouveaux rêves, et devenir ainsi un membre actif du RC si vous choisissez de laisser vos coordonnées.

Les rêves circulent : il vous sera envoyé un texte en réponse, offrant peut-être une proximité avec le vôtre.

Historique

Commencée en 2004, cette collection de récits d’ « anonymes », mélangés à des récits d’écrivains ou de cinéastes comme Queneau, Leiris, Burroughs, Baudelaire ou Fellini, a servi de base textuelle à la compagnie ÇA PEUT ETRE MOI : Jean-Michel Portal, Julie Denisse, Enrico Baradel, Brigitte Négro : jeu / Jean Cohen-Solal : musique / Manuel Salvat : vidéo, installations / Jean Palomba : écritures.

. 2005, Une année de rêves, Médiathèque d’Arles : résidence, lectures, performances, ateliers d’écriture

. 2007, RêveClub, Espace Van Gogh, Arles : installation Manuel Salvat, musique Jean Cohen-Solal

2010-2013,
RêveClub aux Archives départementales 13, Marseille

Un dépôt de la collection, qui constituera probablement la première banque de rêves intégrant des archives publiques, sera consultable à l’automne 2010, aux Archives départementales 13, sur place et en ligne.

Si elle partage avec reveclub.org la même base de récits, son indexation, sur la base d’un questionnaire développé avec des archivistes et un ethnologue, proposera des données contextuelles sur les rêveurs et leur témoignage, envisagés comme des « récits de vie » intéressant, entre autres, chercheurs en sciences humaines et historiens.

Le lancement de cette base de données sera annoncé sur cette page, ainsi que le programme des manifestations associées : nouvelle collecte publique, conférences, lectures, projections, exposition…

Manuel Salvat


Le RêveClub est accompagné depuis 2005 par l’association Zazie, soutenue par le Conseil Régional Provence-Alpes-Côte d’Azur et la mairie d’Arles.

La création du site Reveclub.org et le programme associé sont soutenus par le Conseil Général 13 et les Archives départementales 13.

Le site Reveclub.org a été conçu et réalisé par Digital Deluxe.


" L’apparence de beauté qui règne dans ces mondes du rêve, que tout homme sait créer en artiste accompli, est la condition même de toute espèce d’art plastique, et aussi, pour une large part, de la poésie. "

Friedrich Nietzsche, La naissance de la tragédie

Nouvel article

doc246|center